Recherche sur le site



Cette congrégation bénédictine fut érigée en Lorraine au début du XVII ième siècle, suite à la crise religieuse qui avait fortement ébranlé la vie des monastères. L'application des décisions du concile de Trente et les changements sociaux demandaient une nouvelle organisation. L'évêque de Verdun, Eric de Vaudémont, abbé commendataire de l'abbaye Saint-Vanne de Verdun (Saint Vanne avait été évêque de cette ville au 6 ième siècle), exigea en 1598 que les moines élisent un prieur régulier. Ceux-ci choisirent dom Didier de La Cour, né en 1550 et profès depuis 1575. Malgré des oppositions, celui-ci parvint à introduire un nouvel esprit dans l'ordre religieux et à placer de jeunes moines dans l'abbaye de Moyenmoutier dans les Vosges. Enfin en 1604, le pape Clément VII érigea la congrégation bénédictine de Lorraine sous le patronage des saints Vanne et Hydulphe. Ses membres les plus distingués furent Dom Rémi Cellier et Dom Augustin Calmet.
Plusieurs monastères bénédictins de Lorraine, de Franche-Comté et de France entrérent aussitôt dans la nouvelle congrégation, mais, comme la Lorraine était alors encore indépendante de la couronne de France, on jugea souhaitable de créer sur le même modèle une autre congrégation pour la France dès 1618. Ceux de France s'en détachèrent alors pour former la congrégation de Saint-Maur, sans que cela mit fin à la progression de la congrégation de Saint-Vanne dans le royaume et surtout en Champagne, puisqu'elle finit par compter cinquante monastères.

Les prieurs gouvernaient la communauté puisque les abbayes étaient en commende. Ils étaient nommés pour cinq ans par le chapitre général qui possédait l'autorité souveraine, leur charge n'étant pas renouvelable ou seulement une fois. Ceci nuisit à la stabilité de l'institution et de l'autorité et fut particulièrement ressenti lors de la crise du jansénisme et de la montée de l'esprit rationaliste. Cependant, l'ensemble des religieux demeura attaché à ses devoirs, à l'éducation et à l'apostolat, et les errements furent en définitive assez limités.
Quelques moines atteignirent la notoriété. Le nom de Dom Pierre Pérignon mort en 1715 et qui joua un rôle essentiel dans le développement du vignoble de Champagne est connu de tous. Dom Augustin Calmet est l'auteur de «L'histoire écclésiastique et civile de la Lorraine» en 7 volumes, (1745-1757), ainsi que de nombreux autres ouvrages. Dom Rémi Cellier est l'auteur de «Histoire générale des auteurs sacrés et éclésiastiques» composée de 23 volumes (1729-1763). Dom Jean François est l'auteur de «Bibliothèque générale des écrivains de l'ordre de Saint-Benoît» en 4 volumes (1777-1778).

La congrégation de Saint-Vanne, comme beaucoup d'autres, disparut à la Révolution française.

       la congrégation de Saint-Maur     Montfaucon